Introduction au Vedanta



Ces Paroles sont avérées. Elles résultent de la libération de l’Ignorance et des illusions (moksha ou mukti), de la Délivrance réelle (anubhava). Essentiellement, elles sont incontestables.

Faudrait-il arrêter de réfléchir, de se questionner et de questionner les autres, d'apprendre, de comprendre, de connaître... ? Faudrait-il tout rejeter ? Tout enseignement ? Toute pratique ? Tout effort ? En bref, faudrait-il éliminer l'ego ?

C’est ce qu’insinuent actuellement de nombreux ‘guides’ malavisés ou farfelus qui s’adressent indifféremment à n’importe qui sans expliquer clairement le bien fondé de ces affirmations subtiles qu'ils manipulent à leur gré sans prendre appui sur un enseignement intègre, désintéressé, organisé de génération en génération, indépendant des proclamations idéalistes de telle ou telle individualité ou communauté singulière. Arrêtez tout ! affirment-ils dogmatiquement. Pas de guides ! Pas d’enseignements ! Pas de pratiques ! Pas d’efforts ! N’écoutez personne ! (sous-entendu, sauf la personne qui vous dit de n'écouter personne).

Mais, comme chacun peut le vérifier par expérience, ces pseudo-guides n'arrêtent pas de penser, de vouloir, de parler, d'affirmer leurs croyances, d'essayer de convaincre, de mettre en valeur leur ego, d'écrire des livres, de faire des conférences, d'organiser des 'satsangs', des méditations, d'accroître le nombre de leurs adeptes, de participer à des tractations intellectuelles ou matérielles lucratives et même de collectionner et d'accumuler des biens de toutes sortes.

Alors, une question pertinente s'impose : Si leurs conseils sont réellement sages, pourquoi ne les mettent-ils pas en pratique exemplairement ? Pourquoi leurs affirmations et injonctions devraient- elles être suivies par les autres alors que, visiblement, ils ne les suivent pas réellement ?

Ne soyons pas stupides. Les enseignements et pratiques de sagesse ne s'adressent pas aux êtres désillusionnés. C'est par rapport à la conscience limitée, à l’ego restreint, non libéré – comme l'est bien sûr l'ego de ces faux-gourous - que sont données, par les Grands Sages de toutes les Traditions, des indications éclairées à propos de la ‘libération de l’Ignorance’ et des illusions. Le rappel des Principes universels de sagesse en rapport avec le domaine relatif de l’existence, les connaissances et conseils avisés (métaphysiques, philosophiques, psychologiques, éthiques... ) et les pratiques comportementales correspondantes que ces Sages enseignent sont d'une valeur et d'une nécessité incontestables pour les chercheurs consciencieux.

Les faux-guides présomptueux se trompent et ils trompent les personnes sur lesquelles ils ont une influence abusive. Quelques-uns ont peut-être pris la Parole des Sages au pied de la lettre sans en comprendre l’esprit mais d'autres s'en servent indignement.

Ne soyons pas idiots ! Il ne s'agit pas d'arrêter de réfléchir, de comprendre, d'agir, d'aimer... Il ne s'agit pas d'arrêter d'écouter les Sages, d'arrêter de pratiquer l'apaisement mental, la méditation, la compassion…

Ce que je viens d'indiquer est très clairement exprimé dans enseignements spirituels des grandes Traditions de sagesse. C'est le cas notamment dans la Tradition vedantique. Pour le vérifier il suffit de constater ce que disent à ce sujet les Rishis (Sages) les plus éminents comme, par exemple, l’illustre 'jivanmukta' (délivré vivant), Ramana Maharshi :

" L’ego est comme une ombre sur le sol. Si vous voulez l’enterrer vous commettrez une sottise. " D'après les enseignements de sagesse c’est très clair. Il ne s’agit pas de supprimer, d’éliminer ou d’enterrer l’ego mais plutôt de ''lâcher prise'', de renoncer aux désirs, croyances et actions extrémistes et illusoires.

Bien sûr, les mots peuvent être porteurs de confusions. Ce sont les énonciations les plus intelligentes et les plus sages qui doivent nous guider pour rester fidèlement en accord avec ‘l’esprit intime’ des notions spécifiques ainsi que de l’ensemble des énonciations d’un enseignement de sagesse. Ce qu’il faut finalement retenir, en dépit de quelques imperfections verbales, c’est que les enseignements spirituels authentiques, théoriques et pratiques, ne sont pas faits pour acquérir, développer, faire évoluer ou accumuler des connaissances, des croyances, des pouvoirs… Ils ne sont pas faits non plus pour affaiblir, opprimer, paralyser, détruire ou enterrer. En revanche, ils ont pour intention, pour fonction et pour but de rendre possible - au plan humain 'terrestre' - la clarté de conscience, la pacification et la santé mentale, le lâcher prise, la paix, la non violence, la liberté, la compassion, l'amour, la joie...

En bref, la quête spirituelle ne consiste pas à chercher le Soi puisque nous sommes le Soi. A proprement parler, nous n’avons donc pas à chercher mais nous devons dé-couvrir, dé-voiler. Nous devons délaisser, abandonner, les voiles d’ignorance qui font obstacle à la Plénitude de Soi. Nous devons renoncer à l’illusion qui nous porte à prendre le non-Soi (ego) pour le Soi.

" Quand il n’y a plus rien, plus rien à rechercher, il n’est plus rien, plus rien à désirer " dit l’Avadhuta Gita.

Mais, tant que les empreintes de dualité, de division, de séparation entre l’ego et le Soi persistent, l’investigation spirituelle et les pratiques de pacification émotionnelle et mentale doivent être poursuivies jusqu’à ce que les voiles d’ignorance aient disparu, destitués par la présence de la pure Conscience. A ce propos, j’indique que la pratique très célèbre de ‘l’Atma Vichara’, recommandée par Ramana Maharshi, n’est pas une investigation dans le sens ordinaire de notre mot ‘recherche’. En effet, la recherche ordinaire porte sur un objet recherché alors que la ‘quête’ ou l’investigation métaphysique du Soi (Atma vichara), est sans objet ; elle est non dualiste. Elle concorde donc intégralement avec la prodigalité auto-révélatrice de la Conscience illimitée.


Image de l'unité

Pour rendre plus explicites les explications que je viens d’énoncer, je vais maintenant indiquer brièvement quelques aspects principaux de la préparation à la ‘délivrance’ spirituelle :


*


Vous comprendrez qu’il m’est impossible de développer d’avantage ces sujets sans sortir du cadre limitatif d’un exposé sommaire. Toutefois, avant de conclure, je vais résumer en quelques points l’essentiel de l’enseignement du Vedanta :

  1. La Conscience, (le Soi), est Pure, Indivisible, Illimitée… - (C’est une ‘non entité’, un Principe ‘auto-révélateur’ universel, non matériel, indescriptible…)
  2. L’Ignorance, (concomitante à la Maya), est une potentialité indifférenciée de révélation et de dissimulation faisant ‘interface’ entre la Conscience pure et la conscience limitée – ego. (L’Ignorance n’est pas contraire à la Conscience. Elle n’est qu’antinomique.)
  3. L’Etre n‘est ‘ni ceci, ni cela’ (neti, neti). - (Les mots ‘ceci’ et ‘cela’ désignent des aspects existentiels limités différents les uns des autres. Ils désignent donc principalement l’être humain mais aussi tout être, tout phénomène, tout événement, en bref, toute apparence existentielle quelle qu’elle soit.
  4. En réalité, la croyance en l’existence réelle et indépendante de plusieurs êtres, états ou phénomènes est relativement vraie mais, essentiellement, elle est erronée. Ce sont des aspects divers, multiples, innombrables, interdépendants, non séparés, d’un même Etre, de l’Etre Unique. Mais, cet Etre-là étant illimité, les expressions, appellations et numérations humaines, même les plus subtiles, ne sont que des moyens symboliques propices à l’éveil de notre faculté d’intuition métaphysique. Etant indescriptible, indénombrable, inexprimable, aucune expression formelle nominative ou numérative ne lui est réellement applicable. Symboliquement le Soi est Unique, Un sans second. Mais, réellement, l’Etre n’est ni un, ni deux, ni plusieurs. Il est Soi-même (il est tel qu’il est – ‘Je Suis tel que Je Suis’). Non dualisme intégral - Advaïta.)
  5. Tu es Cela (Tat tvam asi). - (Ici, les mots ‘Tu’ et ‘Cela’ désignent l’un et l’autre l’Etre réel, illimité. Cela signifie : ‘Tu es tel que tu es’. Tu es vraiment le Soi, la Conscience pure, illimitée.)
  6. Le Soi, (Conscience pure), est SatChitAnanda. - (Le Soi, la Conscience, est : ‘Etre illimité, Conscience illimitée, Félicité illimitée. …’ – Evidemment, cette ‘triade’ vedantique suréminente n’est pas limitative. Elle inclut symboliquement toutes les qualifications potentielles inhérentes à l’Etre pur.)

*

En conclusion, le Vedanta nous révèle qu’essentiellement il n’existe vraiment aucune séparation, aucune division, aucune dualité, entre les manifestations apparentes (individus et autres phénomènes) et l’Etre illimité (Etre réel de tous les êtres). Il n’existe vraiment aucune dualité, aucune séparation, aucune division, entre les consciences individuelles (ego) et la Conscience pure (non matérielle, illimitée).

Du point de vue du Vedanta, la Connaissance (Conscience claire, non Ignorance) et l’Amour (Union, non dualité), sont inséparables. Non dualisme (Advaïta).

Connaissance et Amour sont les Principes essentiels de résilience de l’Ignorance et des illusions.

" - Quelle est l’expérience vécue quand on voit le Soi ?

- Le mental se dissout dans l’amour et l’on devient sat-chit-ananda (être-conscience-joie) "

[Extrait de l’ouvrage " La splendeur du Soi "- Sorupananda – Editions ARFUYEN ]


Amis lecteurs, cette excellente citation met fin à ‘l’Introduction à l’enseignement du Vedanta’. Je vous remercie et vous félicite d’avoir eu le courage de lire ces indications essentielles avec attention, intelligence et bienveillance.

Que la découverte de la non-dualité vous rende paisibles, aimants, libres et heureux !

Edouard Beloscar


edouard.beloscar@gmail.com

Page suivante

Ceux qui préfèrent découvrir le texte complet peuvent lire ou imprimer directement l'ensemble des 7 pages d'introduction.